Hotel degli Orafi - Lungarno Archibusieri, 4 - 50121 Florence (Italy)
T. +39 055 26622 F. +39 055 2662111 E. info@hoteldegliorafi.it
.


L’ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS

L’Académie des Beaux-arts de Florence prend place dans l’ancien hôpital de San Matteo, construit entre 1388 et 1410, et adéquatement retransformé.
Ses origines remontent aux premières organisations corporatives des métiers de la ville. Elle fut créée par Giorgio Vasari en 1563, à partir d’un noyau préexistant: la Compagnie de San Luca ou la Compagnie des peintres. Cette dernière, fondée en 1339 sous la protection de Cosme Ier de Médicis, est universellement reconnue comme l’une des premières institutions européennes ayant pour objectif l’enseignement des arts et des sciences. C’est la naissance du concept moderne d’académie. Les premiers "recteurs" de l’Académie furent Cosme Ier et le divin Michel-Ange. Ce dernier cependant vivait à Rome et mourut un an seulement après sa nomination. L’Académie lui rendit hommage en organisant de mémorables obsèques et en envoyant sa dépouille à l’église de Santa Croce.
C’est donc de cette manière qu’est née une institution de grande valeur historique et artistique qui compte parmi ses membres Vasari, Ammannati, Sansovino, Giambologna, Cellini, et parmi ses élèves Galilée.
En 1784, le grand-duc de Toscane Pierre Léopold Ier réorganise l’Académie selon un critère de modernisation européenne et la renomme Accademia delle Belle Arti. Les matières enseignées sont la peinture, la sculpture, l’architecture, le dessin ornemental et la gravure sur cuivre. En outre, à l’Institut furent aménagées une pinacothèque, une collection de statues et de plâtres dont le Ratto delle Sabine de Giambologna (aujourd’hui au musée de l’Académie), une récolte de moulages parmi lesquels la Divinità del Partendone faite parvenir à Florence par Canova, et une riche bibliothèque comprenant une grande collection d’éditions et de gravures rares.
On y instaura des prix, on y organisa des expositions, et des "pensionnats" qui permettaient aux jeunes élèves d’étudier à Rome ou dans d’autres villes italiennes.
En 1811, pendant la période napoléonienne, l’Académie s’enrichit d’une École de Musique et de Déclamation et d’un Conservatoire d’Art et Métiers, qui donneront naissance respectivement au Conservatoire de Musique et à l’Institut Technique. En 1923 fut décrétée la Riforma Gentile qui confie l’architecture à l’université de Florence, et à partir de 1970 seront organisés les Corsi Spéciali.
Actuellement, grâce à l’organisation des cours de spécialisation et à la distinction entre diplôme de niveau I et II, l’Académie s’oriente vers un parcours d’études de type universitaire.